I.9- CATALOGUE D'ACTES

Publié le par Jean Bienvenu

 

Tous les originaux des chartes et notices ci-après catalogués sont perdus. Leurs textes ont été copiés au XIIe  siècle dans un cartulaire maintenant conservé aux Archives départementales de la Mayenne sous la cote H 154.

 

Tous datent de la période qui s'est écoulée entre la fondation de la communauté canoniale de Notre-Dame-du-Bois, le 11 février 1096 (cf acte n° 1), et l'installation du premier abbé, le 17 décembre 1102-1105 (cf acte n° 13), soit quatorze actes.

 

Chacun est désigné par un numéro correspondant à son rang chronologique. Chaque ana­lyse d'acte reproduit, sauf les modifications qui nous ont paru nécessaires, celles que Mme Hamon-Jugnet en a faite pour l'édition critique du cartulaire préparée et soutenue par elle, en 1971, comme thèse de l'École des Chartes, mais nos recherches nous ont amené à changer la plu­part des dates. Lorsque nous nous sommes trouvé dans l'impossibilité d'établir une chronologie solide de la succession des actes, nous avons préféré nous en tenir à leur succession établie dans le cartulaire.

 

Les apparatus ont été allégés de toutes les références autres que celles qui concernent celui-ci et l'édition critique (dactylographiée) de Mme Hamon-Jugnet conservée aux Archives de la Mayenne sous la cote Mc 26 et en microfilm dans le même dépôt sous la cote 4 Mi 11 (R1).

 

 

N°1

Il février 1096

Angers

 

1) Charte: Le 11 février 1096, en la chambre de l'évêque d'Angers Geoffroy de Mayenne, Renaud fils de Robert le Bourguignon cède à six clercs un bois proche de son château de Craon, aussi exempt de coutumes qu'il a tenu jusque là du comte Foulques, pour qu'ils y édifient une église en l'honneur de la Vierge et y vivent se/on la règle de Saint Augustin.

 

2) Notice (à partir de « Concessit etiam ... ») : Il a cédé en outre tout ce que les chanoine achèteraient ou obtiendraient dans son fief. La charte a été confirmée le lendemain en la grand'chambre de l'évêque par le pape Urbain II qui a imposé la main sur elle; elle a été confirmée une seconde fois le 21 mars 1096, au concile de Tours, ainsi que par Renaud de Martigné (II02-II38), successeur de Geoffroy de Mayenne.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154, f° III

a) 1bid. Mc26 n° 1

 

 

N°2

12 février 1096 - 25 avril1097

Notre-Dame-du- Bois

 

Notice: Les forestiers de Renaud l'Allobroge ont renoncé, à sa demande, à tous leurs droits sur le bois des chanoines ;  mais, en échange, ils ont réclamé aux « burgenses» du groupe cano­nial quatre sous payables à la Noël ainsi que le panage a « Tartusis », et aux chanoines trois repas annuels.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° XIII

a) Ibid. Mc26 n° 17

Nous pensons pouvoir placer cette notice entre la fondation du groupe canonial en février 1096 et la consécration de l'église en avril 1097. En effet, après le don de Renaud le Bourguignon - post donum domni Raginaldi Burgundi -, les chanoines défrichent leur bois - Humberti, primi heremite, qui cedebat unum truncum - ce qui provoque l'intervention immédiate des forestiers, intervention ne pouvant se situer qu'au tout début du défrichement; ce dernier est lié à une cons­truction - ipsi non amplius edificarent - qui ne peut être que celle de l'église canoniale ; il ne faut pas oublier en effet que, dans la charte de fondation, Renaud cède un bois à des clercs pour qu'ils y construisent une église; la construction étant remise en question par l'intervention des forestiers, les chanoines menacent de fuir - fugerent in aliam terram -.

 

 

N°3

25 avril 1097

Notre-Dame-du-Bois

 

Notice: Geoffroy de Mayenne, évêque d'Angers, venu à Notre-Dame-du-Bois à la prière de Renaud l'Allobroge, de ses fils et des pères du groupe canonial à savoir Robert d'Arbrissel et Quintin, pour bénir le cimetière et consacrer le premier autel, y a érigé en outre une paroisse.

 

Les droits de synode et de visite ont été ensuite fixés à trois sous dans le chapitre de Saint-Maurice d'Angers, en présence de l'évêque, de Robert d'Arbrissel, de Quintin et d'Hervé de la Sainte- Trinité.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° IIII

a) Ibid. Mc26 n° 2

 

 

N°4

Jeudi 5 avril 1100

Craon, en l'église Saint-Nicolas

 

Notice: Un accord est intervenu entre les chanoines de Saint-Nicolas de Craon et ceux de Notre-Dame-du-Bois par lequel les premiers ont renoncé à la dîme qu'ils levaient sur la terre des

seconds. En échange, les chanoines de Saint-Nicolas ont reçu de Renaud le Bourguignon la dixième partie de son vinage et une terre dont le chanoine Aubry avait la jouissance jusqu'alors. En souvenir de cet accord, les chanoines de Notre-Dame-du-Bois ont promis de leur donner cha­que année une bouteille d'huile.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° V (V°)

a) Ibid. Mc26 n° 4

 

N°5

Jeudi 5 avril 1100 - 2 août 1101

 

Notice: Guillaume de la Lande-Baruchon a donné aux chanoines de l'église Notre-Dame­-du-Bois la métairie d'Orgeriz avec toutes ses appartenances, le tout libre de coutumes, à l'excep­tion de l'obole du marchand. Il leur a donné en outre une prairie avec le consentement de Bellexende son épouse. Les chanoines devront verser annuellement douze deniers à Guérin du Moutiers et à Isabelle son épouse.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° XII

a)      Ibid. Mc26 n° 16

 

La présence d'un prieur (Gautier le Petit) dans cet acte nous permet de déterminer le terminus a quo. On peut remarquer qu'aucun prieur n'est mentionné dans l'acte du jeudi 5 avril 1100, bien que Robert d'Arbrissel soit absent. Or les actes n° 5,6 et 8 mentionnent tous un prieur bien que Robert soit également absent. On peut donc en déduire avec certitude que le 5 avril 1100 Robert n'a pas encore nommé de prieur et que les actes n° 5, 6 et 8 sont postérieurs à l'acte 4. Nous savons en outre que le 2 août 1101 au plus tard se tint à Angers une élection épiscopale « qui devait aboutir à la désignation de Renaud de Martigné, ordonné le 12 janvier 1102 » (O. Guillot Le comte d'Anjou ... , t. II, acte C 420). L'acte 5 mentionnant Geoffroy de Mayenne, prédécesseur de Renaud de Martigné, cela nous permet de déterminer le terminus ad quem.

 

 

N°6

1100-1102/1105, un 21 septembre

Notre-Dame-du-Bois

 

Charte: Guillaume Roifagal, avec l'assentiment de Rainburge son épouse, d'Yves son beau· frère et de ses fils, donne aux chanoines de l'église Notre-Dame-du-Bois une terre de huit septrées à charge pour eux de rendre aux seigneurs de la terre cinq deniers de service pour le bordage dans lequel cette terre se situe. en échange, chaque année, en la fête de saint Matthieu apôtre, les chanoines devront fournir au donateur, à son épouse ou à un pauvre, un repas, et en outre dire un trentain de messes à leur mort.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 XIIII (V°)

a)Ibid. Mc26 n° 19

 

Cette donation a été effectuée le jour de la fête de saint Matthieu apôtre, un 21 septembre. La présence d'un prieur (Guérin) nous permet de fixer le terminus a quo au 21 septembre 1100 (cf. acte 5). Nous savons en outre que Guérin était prieur sous Robert d'Arbrissel (cf. actes 7 et 9). Or une charte de Renaud le Bourguignon du 2 décembre 1102/1105 (acte 12) mentionne l'élection abbatiale de Quintin (Quintinus electus), ce dernier succé­dant à Robert à la tête de la communauté canoniale. Nous fixerons donc le terminus ad quem au 21 septembre 1102/11O5.

 

De plus le prieur Guérin (actes 6, 7, 8 et 9) a-t-il succédé au prieur Gautier le Petit (actes 5), ou inversement? Il nous est très difficile de trancher avec certitude. Nous pensons que Gautier le Petit a probablement été prieur avant Guérin car il fut l'un des six premiers chanoines de Notre-Dame-du-Bois, contrairement à Guérin. Il faut aussi remarquer que dans les souscrip­tions finales des actes passés sous le prieur Guérin, Gautier le Petit est toujours mentionné, lorsqu'il est présent, en deuxième position après le prieur, ce qui peut s'expliquer si nous admet­tons qu'il a été prieur avant Guérin. Nous avons donc placé, dans notre catalogue, les actes 6, 7, 8 et 9 après l'acte 5.

 

Enfin, il est également diffIcile d'établir un ordre chronologique en ce qui concerne les qua­tre actes passés sous le prieur Guérin (actes 14, 19, 48 et 53 de l'édition de Mme Hamon-Jugnet). Un certain Robert fils de Goscelin étant mentionné puer dans l'acte n° 48 (7 de notre catalogue) alors qu'il était mentionné canonicus dans les actes 14 et 53 (8 et 9 de notre catalogue), cela nous a permis de placer dans notre catalogue l'acte n°l4 entre l'acte n° 48 et l'acte n° 53. De plus, l'acte n° 14 nous montre Maurice, fils du seigneur Renaud de Craon, administrant la terre de son père, alors que dans l'acte n° 48 Renaud administre encore sa terre, ce qui ne fait que conforter notre choix chronologique. Ne pouvant obtenir d'autres précisions chronologiques, nous nous contente­rons ici de la succession établie dans le cartulaire.

 

 

N°7

5 avril 1100 - 2 décembre 1102/1105

Notre-Dame-du-Bois

 

Notice: Fromont de Nouvoitou, son fils ayant été inhumé dans le cimetière de Notre-Dame-­du-Bois, a donné aux chanoines, à Brains, la moitié du cens de la «villa», de la dîme de l'église et aussi du bien-fonds tenu en bénéfice par Vital le prêtre-desservant. Après le départ de Vital pour Jérusalem, il a concédé tout le bien-fonds. Il a donné en outre toutes les coutumes que feraient les hommes des chanoines sur toute sa terre.

 

A)Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° XXIIII

a)      Ibid. Mc26 n° 48

 

 

N°8

5 avril 1100 - 2 décembre 1102/1105

Notre-Dame-du- Bois

 

Notice: Guiter et Mainot son épouse ont donné aux chanoines de l'église Notre-Dame-du­-Bois une terre, du consentement de Maurice qui était destiné à être le seigneur de la terre après la mort de son père Renaud l'Allobroge.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° XI (V°)

a) Ibid. Mc26 n° 14

 

 

N°9

5 avril 1100 - 2 décembre 1102/1105

Notre-Dame-du-Bois

 

Notice: Jean Bastard et Forfaite son épouse ont donné à l'église Notre-Dame-du-Bois le part de toutes les prémices qu'ils percevaient sur l'église de Saint-Bomer de Fontaine-Couverte, avec le consentement de Renaud, prêtre de cette église.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° XXVII(V°)

a) Ibid. Mc26 n° 53

 

 

N° 10

5 avril 1100 - 2 décembre 1102-1105

 

Notice: Renaud l'Allobroge a demandé à son fils Maurice de donner à l'église Notre-Dame de la Roë la terre de Valète avec toutes ses appartenances, le tout libre de coutumes. Maurice a satisfait la volonté de son père avec l'assentiment de ses frères Henri et Robert.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° VII (V°)

a) Ibid. Mc26 n° 8

 

 

N° 11

21 septembre 1100 - 2 décembre 1102/1105

Craon

 

Notice: Maurice de Craon a fait restituer par jugement au prieur Aubin de Notre-Dame-du­-Bois un bœuf qu'un paysan nommé Rorgon avait volé dans la région de Rennes et conduit sur la terre de la communauté canoniale, et qui avait été ensuite enlevé de force par le camérier Lambert.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° VII (V°)

a)      Ibid. Mc 26 n° 8 (2e partie)

 

Il est fort probable que le prieur Aubin soit le dernier prieur nommé par Robert d'Arbrissel à Notre-Dame-du-Bois. Cet acte se situe en effet entre deux actes qui mentionnent le seigneur de Craon Renaud l'Allobroge vieux, gravement malade et se sentant proche de la mort, ce qui expli­que d'ailleurs le remplacement de Renaud par son fils Maurice dans l'administration de la sei­gneurie de Craon. De plus, l'acte n° 12 nous rapporte la donation par Renaud le Bourguignon aux chanoines de Notre-Dame-du-Bois de quatre métairies dont les limites sont dites avoir été mon­trées à Quintin - electus abbas - et à Aubin. La présence d'Aubin au côté du nouvel abbé ren­force notre hypothèse.

 

12

2 décembre 1102/1105

Craon, en la chambre de Renaud le Bourguignon

 

Charte: Renaud le Bourguignon, gravement malade et se sentant proche de la mort, prie ses trois fils Maurice, Henri et Robert, de donner à l'église Notre-Dame-du-Bois quatre métairies nou­vellement défrichées sur la terre de Vallula avec toutes leurs appartenances et hébergements, libres de toute coutume, ne conservant pour lui que les haies et leur garde, et en outre la moitié d'un moulin sur l'Usure dont l'autre moitié avait été donnée aux chanoines au moment de la fonda­tion. Maurice, Anguille son épouse, Henri et Robert concèdent.

 

Pour la datation: cf O. Guillot, Le comte d'Anjou ... , t.II, acte C 428 - notes -.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° VIII

a) Ibid. Mc26 n°8 (3e partie)



N° 13

17 décembre 1102/1105

 

Notice: Maurice de Craon, Anguille son épouse et Henri son frère ont confirmé à nouveau le don du 2 décembre, en présence de tout le chapitre de Notre-Dame-du-Bois et de l'abbé Pierre d'Airvault envoyé à Notre-Dame-du-Bois par l'évêque d'Angers Renaud de Martigné pour installer Quintin en qualité d'abbé.

 

Pour la datation: cf O. Guillot, Le comte d'Anjou ... , t.II, acte C 428. La confirmation de

Maurice se situe au lendemain de la mort de son père Renaud le Bourguignon.

 

A) Original perdu

B) A.D.May. H 154 f° VIII (V°)

a) Ibid. Mc26 n° 8 (4 e partie)

 

 

N° 14

12 février 1096 - 2 décembre 1102/1105

 

Notice: Hervé de l'Épine a donné à Robert d'Arbrissel l'église d'Arbrissel avec la conces-

sion de sa mère Deset ou Emma et de Marbode évêque de Rennes.

 

A) Original perdu

B) A.D. May. H 154 f° XXIX

a) Ibid. Mc 26 n°56 (1re partie)

 

Commenter cet article